Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > Qui-sommes nous ? > Qui-sommes nous ?

Qui-sommes nous ?

lundi 12 mars 2007, par Glele Dahomey

La fondation de la Ligue Haïtienne Anti-impérialiste remonte au mois de mars 2004. Cet acte fut la réaction légitime d’un groupe de patriotes et démocrates qui, ulcérés par l’intervention grossière de forces internationales dans leur pays, voulaient marquer leur opposition la plus farouche à cette violation délibérée du principe de souveraineté inscrit dans notre constitution.

Ils voulaient dénoncer la persistance de certaines puissances à vouloir, avec encore plus de force,retourner à la vieille politique internationale du « Gros Bâton » ou Big Stick responsable de tant de crimes, de tant de désastres pendant les deux siècles écoulés.

Ce n’était nullement pour prévenir un bain de sang ou la guerre civile que les Etats-Unis, la France et le Canada, aidés de leurs supplétifs, et camouflés derrière le paravent des Nations Unis, ont investi le territoire de la République d’Haïti. II s’agissait de mettre une fois de plus en application la doctrine interventionniste, celle de l’ingérence dite humanitaire, tel que défini par le prédécesseur de Jacques Chirac aidé du docteur Bernard Kouchner, du « Nouvel Ordre International » « tel que défini dans les années 80 par de grands ténors politiques de la Mondialisation capitaliste ». En réalité, il s’agissait ni plus ni moins d’un acte de mise sous tutelle ou d’occupation tel que cela se pratique -de manière désinvolte et pour cause -depuis les années 90.

La Ligue Haïtienne Anti-impérialiste s’insurge contre la pratique arbitraire, autoritaire et humiliante appliquée contre notre pays. Face à cette situation péniblement vécue par le peuple haïtien, la Ligue réclame :

l’institution immédiate d’une Force de Sécurité Nationale et Patriotique propre à garantir l’intégrité du territoire national, les limites de nos frontières maritimes et terrestres et aider à la sauvegarde du processus démocratique plus d’une fois interrompu sinon supprimé, ainsi que nos droits politiques, économiques et sociaux.

La Ligue Haïtienne Anti-impérialiste réclame que nous travaillions activement au départ de la MINUSTAH nettement incompatible avec notre vocation historique d’Etat Souverain. Il est inconcevable que certaines puissances continuent d’user de leur supériorité militaire et stratégique pour imposer un retour à l’histoire, pour tenter de revenir à la sombre époque de la canonnière, pour faire revivre aux petites nations les horreurs d’une recolonisation.

La signification profonde des événements du 29 février 2004 c’était de revenir résolument au statu-quo ante, de remettre durablement en selle les milieux conservateurs de notre société, chauds de la « nouvelle économie », du néolibéralisme et de la dangereuse politique d’endettement continu, facteur d’appauvrissement et de dépendance.

Bien entendu, qu’on se le tienne pour dit, la bataille n’est pas encore gagnée. Nos ennemis ont encore la haute main. Les manœuvres persistent pour empêcher Haïti d’emprunter la bonne voie, celle de s’intégrer dans le processus de libération de l’Amérique Latine. Mais faisons confiance aux masses populaires urbaines et rurales, faisons confiance à tous las patriotes conséquents des autres classes sociales. Seule l’unité des patriotes, leur clairvoyance et leur résolution au combat peuvent venir à bout des ennemis de la Nation et contribuer à instituer une Haïti libre, démocratique, juste et solidaire.

Répondre à cet article