Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > Dossiers > Afrique > Asie > Amérique Latine > Pour l’histoire

Pour l’histoire

jeudi 11 septembre 2014, par Glele Dahomey, Patrick Wauthier

Le 11 septembre “oublié”,
dont la population subit encore les conséquences…

En avril 1973, les étudiants de l’Université catholique de Santiago applaudissent les grévistes de la grande mine de cuivre d’El Teniente ! le 29 juin 1973, un groupe d’officiers tente de se mutiner à la tête du principal régiment de blindés de Santiago.
Le 11 septembre 1973, au Chili, le gouvernement d’Unité Populaire est renversé dans des conditions dramatiques. Le président socialiste Salvador Allende, élu trois ans plus tôt, est conduit au suicide. C’est pour ce pays prospère de dix millions d’habitants la fin d’une pratique démocratique vieille de plusieurs décennies qui lui a valu le surnom autrefois élogieux de « Prusse de l’Amérique du sud » ou encore de « Suisse de l’Amérique du Sud ».
Augusto Pinochet et La junte militaire proclame l’état de siège dans tout le pays et dissout les partis. Dans les jours qui suivent, 45.000 personnes suspectes de sympathies sont raflées et concentrées dans le sinistre stade de Santiago.
Trois mille d’entre elles disparaissent tragiquement dans les geôles militaires ; beaucoup sont torturées avant d’être exécutées de diverses façons comme d’être lâchées du haut d’un avion dans l’océan !
200.000 Chiliens se sentant menacés prennent les chemins de l’exil.
Ce déchaînement de violence sadique vaudra un quart de siècle plus tard une inculpation de crime contre l’humanité à Augusto Pinochet !
Le coup d’État de Pinochet, au Chili, coïncide avec un spectaculaire recul de la démocratie en Amérique du Sud. Des dictatures militaires prospèrent aussi au Brésil, en Bolivie, au Paraguay, en Uruguay, en Argentine… Elles bénéficient du discret soutien des États-Unis, qui se remettent mal de leur échec au Vietnam.
Dans le cadre d’un Plan Condor, les polices secrètes de ces régimes dictatoriaux coopèrent pour éliminer leurs opposants. Mais après le scandaleux attentat contre Orlando Letelier, le président américain Jimmy Carter leur retire son soutien. L’existence du Plan Condor a été révélée en 1992 par l’ouverture des archives du dictateur paraguyen Alfredo Stroessner
L’autre 11 Septembre : Chili 1973 - YouTube
www.youtube.com/watch?v=Y2DtC0PP6vk

Patrick Wautier
“pour ne pas oublier…”

Répondre à cet article