Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > Pourquoi se rappeler ? (...)

Pourquoi se rappeler ? Par Jacques Casimir (Pasteur D’Amoulio) majac14@hotmail.com

vendredi 29 janvier 2016, par Glele Dahomey

Avant-propos –Nous a répondu : la réconciliation et la paix ne doivent pas se faire en assassinant la vérité sur l’autel du pardon. Oui nous devons pardonner tourner la page et regarder vers l’avenir, mais nous devons savoir les faits, la vérité de ce que nous pardonnons. Un peuple qui oublie son passé et sa mémoire n’a pas d’avenir. L’équation impérative est : Vérité=pardon + réconciliation

======================================

Celui que ne s’en fait qu’a tête et qui n’écoute pas l’histoire est condamné à répéter les mêmes erreurs .Un peuple a besoin de héros de relique pour se souvenir, se référer, et se donner la force. Un peuple sans lieu de recueillement, sans panthéon de ses héros est condamné à la mendicité à l’instabilité et la la division. À travers les siècles, les colons ont utilisé et utilisent encore les mêmes tactiques et nous tombons toujours dans les mêmes pièges. À savoir : Les invitations, les chiens, l’acide.Voici quelque cas parmi des milliers.

Nous avons dit : Ce qui était possible à un moment de l’histoire le sera à nouveau. » La chronologie exhaustive de faits historiques le démontre

Les Chiens. Un document contemporain de la Conquista (1528), écrit en náhuatl par des indigènes et traduit par L’historien mexicain Angel Maria Garibay :"Et ils (les conquistadors) firent manger par les chiens le Tlacatécatl de Cuautitlán et le Majordome de la Maison Noire. Les chiens mangèrent également quelques-uns de Xochimilco, et trois savants de Ahécatl, d’origine Texcocane, qui ne faisaient autre chose que porter leurs papiers avec leurs peintures (manuscrits picturaux). Ils étaient quatre. L’un d’eux avait réussi à s’enfuir à Coyoacán. Il ne s’agissait donc pas d’Indiens morts, mais bien vivants, à déchiqueter par des chiens sauvages pour être dévorés VIVANTS. Ainsi, donner des Indiens vivants en pâture à des chiens, n’était pas un cas exceptionnel et datait déjà du début de la conquista. REF : Auteur Angel Maria Garibay Titre Histoire Nahuatl (Université nationale autonome du Mexique, Direction des publications, 1958 faculté des arts et lettres.

Don Bartolomé de Las-casas a écrit :« Ils tuent et tiennent le corps des indiens dans une boucherie ambulante de viande humaine pour nourrir les chiens. »Il intervint auprès du roi Charles Quint en faveur des indiens, en lui montrant le chemin de l’Afrique, où foisonnerait une main d’œuvre propice au travail servile. Ainsi dit l’auteur Frossard « Il racheta leur liberté par l’esclavage d’un autre peuple qui ne méritait pas moins qu’il prit la défense, le noirs » Sources : Las Casas cité par Benjamin Frossard Titre La cause des esclaves nègres (imprimerie Laroche 1789) REF : Ces documents peuvent être également consultés au musée d’Anthropologie ( Museo Nacional de Antropología Chapultepec Mexico,) En espagnol, souvent abrégée en MNA dans les publications mexicaines

Dès novembre 1802 ; Louis de Noailles, adjoint de Rochambeau, va acheter les « 600 dogues de Cuba », ces chiens-chasseurs de marrons, qui vont terriblement frapper les imaginations. En mars 1803, le général en chef de l’armée coloniale fait venir 400 autres chiens de La Havane, c’est le seul moyen d’atteindre les nègres dans leur fuite et de les traquer dans les bois et dans les mornes. Cette mesure qui paraît d’abord inhumaine est légitimée par les tortures que ces scélérats font éprouver à tous ceux qui ont le malheur de tomber entre leurs mains. Rochambeau a fait déboiser et brûler une grande partie des forêts haïtiennes pour que les noirs insurgés ne se cachent pas. Donc la déforestation d’Haïti a commencé depuis 1802.1-REF : Auteur Bernard Gainot Titres Cahiers d’histoire de la révolution Française .Les massacres aux temps des Révolutions. 2-REF : Juste Chanlatte Titre une Histoire de la catastrophe de Saint-Domingue, publiée à Paris en 1824 par un ancien marin, Jean-Baptiste Bouvet de Cissé.

Les États-Unis ont utilisé des chiens pour un carnage sans précédent contre les opposants Haïtiens face à l’occupation américaine .Le président US Woodrow Wilson 1913 à1921, était un farouche anti-haïtien (voir notre chronique ou est la malédiction) a envoyé en Haïti un corps militaire de sudiste raciste et ségrégationniste lors de l’occupation américaine de 1915 à 1934.Les officiers sudiste Herman.H Hanneken et William Robert Button,ce dernier surnommé le bandit en chef a utilisé des chiens pour dévorer les prisonniers désarmés. Ils reçurent tous les deux la médaille de bravoure à Washington le 1 juillet 1920. Les USA ont violé la convention de Genève dont ils sont signataires. Jusque-là aucun historien n’a répertorié les crimes de guerre de l’armée US en Haïti pendant cette occupation macabre.

ARTICLE 2 convention de Genève : Les prisonniers de guerre sont au pouvoir de la Puissance ennemie, mais non des individus ou des corps de troupe qui les ont capturés. Ils doivent être traités, en tout temps, avec humanité et être protégés notamment contre les actes de violence, les insultes et la curiosité publique. Les mesures de représailles à leur égard sont interdites. Règlement annexé à la Convention de La Haye le 18 octobre 1907, qui est la loi fondamentale de la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre ; dont les États-Unis sont parmi les premiers signataires (Voir notre Chronique mémoire de braséros)

Suivant les pas de Rochambeau, À Madagascar, l’horreur a connu son apogée en1947 quand la population se révolte contre la colonisation, des chiens dressés ont dévorés des femmes et des enfants. Le village de Moramanga porte les cicatrices qui marquent encore les esprits. Ce génocide a fait plus de 150.000 morts selon les historiens malgaches.REF Auteur Jean-Luc Raharimanana Titre Madagascar 1947, Vents d’ailleurs Sources :1)Marius Moutet (Ministre des colonies 1945-1947)membre du comité central de la ligue des droits de l’homme ,septembre 1946 « Il proclamait la lutte contre l’autonomisme malgache »2) Marcel de Coppet (Administrateur colonial, Haut-commissaire de la République française à Madagascar, 1946-47), organisateur de la répression jusqu’en Décembre 1947.

Le Général Vo Nguyen Giap commandant en chef de toutes les armées Vietnamienne eu a dire ceci« Les Colonisateurs sont fort mais mauvais élèves. à travers le temps ils font la même chose et veulent avoir des résultats différents. » Il a écouté l’histoire et a utilisé le chocolat contre les chiens de l’armée américaines dans la jungle, ce qui s’avérait très efficace.(Le chocolat contient de la théobromine qui est un poison mortel pour les chiens).Au cours de la guerre, les Viets le mélangeait avec de la viande ou de la charogne pour appâter et éliminer les chiens dressés contre eux Voir : Témoignages des anciens combattants vietnamiens et Entretiens avec le général Vo Nguyen Giap « J’ai fait la guerre, mais c’était pour la paix » (Hanoï - Viet Nam, juillet 2005)REF:Auteur Général Vo Nguyen GiapTitre Guerre du peuple, armée du peuple 1966

Les invitations : Anacaona (reine indienne tainos du Xaragua Haïti) a été invité par Ovando dans une fête, dans le but de signer un traité de paix pour la Cohabitation pacifique entre Tainos et les espagnols, il a profité pour l’arrêter et la faire assassiner par pendaison en 1504. Elle est la mère de la révolution Haïtienne qui a connu une issue victorieuse 300 Plus tard avec Jean-Jacques Dessalines soit le 1er janvier 1804 Napoléon a utilisé la même technique pour arrêter déporter et assassiner Toussaint Louverture en le laissant croupir dans un cachot et en lui refusant toute assistance médicale. Dessalines et les autres Généraux lui avait dit de ne pas y aller, imbu de lui même, il n’a pas écouté l’histoire et l’a appris à ses dépends 1)REF : Auteur Émile Nau Titre L’histoire des caciques(1894) 2)REF Auteurs Charles Yves Cousin d’Avallon Titre Histoire De Toussaint Louverture chef des insurgés de Saint Domingue Note Précédée d’un coup d’œil politique sur cette colonie (publié à Paris chez Pilott, frères librairie sur le pont neuf No5 AnX-1802)

Charlemagne Péralte a été pris au piège en acceptant de rencontrer un émissaire américain pour négocier par l’intermédiaire d’un citoyen du pays,il a été localisé, il fut capturé et assassiné par les américains le 31 octobre 1919.
Jean-Jacques Dessalines, celui qui a abolit l’esclavage le 18 novembre 1803 et père de la nation Haïtienne a dit ceci : Celui qui te maintient dans la soumission par la violence n’acceptera jamais de négocier de bonne foi, car il croit en la justesse et la violence de sa cause ».Sources rapporté par le baron de Vastey le 7 décembre 1803 ,notes et annexe au livre le système colonial dévoilé.

L’acide. Patrice Lumumba Près de quarante ans après l’assassinat de Patrice Lumumba, le Belge Gerard Soete vient enfin de se défaire d’un lourd secret : une nuit de janvier 1961, dans une puanteur d’acide sulfurique et de cadavres écartelés, il fit disparaître le corps du martyr congolais. Dans la nuit du 22 au 23 janvier 1961, deux Belges, Gérard Soete, commissaire de police, et son frère vont découper les cadavres à la scie et les faire disparaître dans de l’acide. Il ne fallait pas que les partisans de Lumumba trouvent une tombe où venir en pèlerinage. Sources : Le vendredi 29 octobre 2001, la première chaîne de la télévision belge francophone (RTBF) a diffusé, pour la première fois, un document sur le sujet. La RTBF signalait le livre brûlot de Ludo de Witte (" De moord op Lumumba ") appuyé par des extraits d’interview de l’octogénaire flamand Gérard Soete, l’ancien chef de police au Katanga.

Mehdi Ben Barka (Théoricien du groupe des non-alignés ,Pan-africaniste, et farouche opposant au roi du Maroc Hassan II été invité à Paris sous prétexte de réaliser un documentaire, il fut capturé le 26 octobre 1965 assassiné son corps découpé et jeté dans l’acide.

La connaissance de l’histoire fonde les sciences politiques et la sociologie, mais nos politiciens ont une méconnaissance de notre histoire, ce qui ne les permet pas d’éviter les coups bas. La chronologie de ces faits révélés, particulièrement l’utilisation de l’acide nous emmène aux questions suivantes:1) Où est le cadavre de Toussaint Louverture ? 2) Pourquoi depuis la première demande officielle de restitution de la sépulture faite par le Président Lysius Félicité Salomon Jeune en 1880 et 9 autres demandes officielles aucune réponse n’a jamais été donnée ? Finalement le gouvernement de François Mitterrand a remis une pelletée de terre de la tombe de cet illustre haïtien .3) Pourquoi pas le cadavre ? 4) Où ? Quand ?comment ? et de quoi il est mort ? 5) A-t-il été jeté dans l’acide comme Lumumba pour nous interdire d’avoir un lieu de pèlerinage ? Certaines indices historiques convergent vers cette probabilité et c’est ce que nous révélerons bientôt.Les faits historiques possibles maintenant l’ont été auparavant.

Si tu ne sais pas qui tu es et ce que tu as vécu, n’importe qui peut te citer et tu obéiras à n’importe quoi. Désormais, nous savons qui nous sommes , ce que nous avons vécu et nous n’obéirons plus à n’importe quoi Amen

Recherche No JCAS-P00-3477

Amen Amen Jacques Casimir (Pasteur D’Amoulio)

majac14 chez hotmail.com

Répondre à cet article