Ligue Haïti
Broutons hors du territoire national les Impérialistes Français,Américains,Canadiens et leurs laquais tapis à travers la Minustha

Accueil > National > La Syrie

La Syrie

lundi 29 mai 2017

Mes jeunes compatriotes haïtiens entendent parler de la Syrie, mais ne savent pas ce que représente ce pays au Moyen Orient. Ils ne comprennent pas que leur destin est lié à celui de la Syrie considérant qu’une bonne partie des millionnaires haïtiens sont d’origine syrienne et investissent leurs revenus dans leur pays d’origine. Trois ans de cela, j’avais décidé de ne plus écrire sur la politique américaine et les relations internationales, mais à entendre ces jours-ci des aberrations débitées par un certain nombre de compatriotes qui devraient savoir mieux, je prends la décision d’écrire un texte factuel et objectif sur la Syrie, pays qui donne du fil à retordre à l’Israël et aux Américains dans le Moyen Orient. La guerre en Syrie est une guerre provoquée par les Américains el l’Israël dans l’intérêt de l’Israël et de l’Europe. Les jeunes qui font leur arme en diplomatie ont beaucoup à apprendre de cette guerre génocidaire qui a décimé une population et réduit à néant une économie florissante.

La raison principale pour la guerre en Syrie est économique. Je vais me contenter de traduire une réflexion d’un expert du Moyen-Orient sur la question. « En 1971, un dépôt de gaz naturel a été découvert dans le golfe Persique qui a été divisé en deux par le Qatar et l’Iran. Le dépôt a été nommé North Dome par Qatar, et South Pars par l’Iran. Ce dépôt représente 20% du gaz naturel mondial. Les grandes sources alimentant le marché européen avec du gaz naturel sont l’Algérie (les champs de la mer du Nord actuellement exploités par l’U.K et la Norvège) ainsi que la Russie. Étant donné que la Russie a des liens économiques et politiques étroits avec l’Algérie, l’Europe est ainsi laissée avec une dépendance à la Russie pour son approvisionnement en gaz naturel. Toute perturbation de cette offre plongerait l’Europe dans une crise énergétique massive. En 2009, le Qatar, la Turquie et l’Arabie saoudite ont offert un accord de pipeline à Bashar al-Assad, président de la Syrie. (Ce pipeline est soutenu par les États-Unis d’Amérique et leurs laquais dans l’UE). Assad a pensé que l’offre de pipeline offerte n’était pas aussi lucrative que les bénéfices économiques que la Syrie avait obtenus de ses liens étroits avec la Russie. Ne voulant pas endommager les relations avec la Russie en permettant à un concurrent de l’énergie à Moscou sur son territoire, Assad a refusé cette entente et, à la place, il a soutenu un accord pipeline offert par l’Iran en 2011, connu sous le nom de Pipeline de l’amitié. (Ce pipeline avait le soutien total de la Russie puisqu’il ne devait pas être concurrent de Moscou). Le plan était que l’Iran allait fournir à l’Europe du gaz naturel iranien à travers le gazoduc qui irait d’Iran, d’Irak, de Syrie, du Liban à la Méditerranée et ensuite à l’Europe.

Depuis qu’Assad a refusé le pipeline Qatar-Turquie, il a approuvé l’accord de l’Iran, ne voulant pas perdre des centaines de millions de dollars en croissance économique potentielle, tant le Qatar que l’Arabie saoudite depuis 2011, ont dépensé des millions de dollars pour armer les radicaux Salafis, Takfiris, des terroristes, Les Wahhabis et les Vénors ultra conservateurs, connus aussi comme « rebelles modérés » en Syrie comme moyen de le déstabiliser, de déposer Assad du pouvoir et de le remplacer par une marionnette. L’idée était que quiconque gagnerait le pouvoir en Syrie le ferait en raison d’une dette envers le Qatar et l’Arabie saoudite et approuverait ainsi le projet de pipeline. Le Qatar et l’Arabie saoudite ont effectivement créé Al Nusra (Al-Qaïda en Syrie, ainsi qu’Al-Qaïda en Irak, ce qui est devenu Isis en 2014.) Comme toujours, Israël a bénéficié de la bénédiction des Etats-Unis d’Amérique à l’idée que la chute d’Assad réduirait le Hezbollah de ses principales armes et de son financement, et permettrait également à l’Iran d’être isolé dans la région, ce qui permettrait à Israël de continuer ses démarches illégales. Jetez un coup d’oeil à la carte ci-dessous : la ligne rouge indique le pipeline d’Iran et la ligne bleue indique le pipeline Qatar-Turquie. »

Les Américains et les Israéliens ont financé et supporté le Printemps Arabe afin de déstabiliser le Moyen-Orient pour permettre à Israël d’étendre ses tentacules sur la région. Ce qui rend les choses corsées aujourd’hui pour l’Israël, les Etats-Unis d’Amérique et l’Europe c’est que les Syriens ont réalisé que les changements de régime n’ont rien apporté de positif pour le peuple iraquien, et surtout le peuple libyen qui veut remettre son destin à présent entre les mains du fils de l’ancien dirigeant martyr Muhammad Khadafi. Ils ne sont pas prêts de lâcher Bashar Al Assad qui est un type effacé, un leader modéré, non attaché au pouvoir, mais qui veut servir son pays et continuer à marcher sur les traces de son père, Hafez el-Assad, un grand stratège militaire qui avait mis fin en 1970 à une série de dictatures militaires instables en Syrie. Bachar el-Assad succède à son père le 17 juillet 2000, élu par référendum. Il est dentiste de formation et est un homme très élégant, très cultivé. Il comprend que la Syrie est l’un des rares pays de la région qui peut tenir tête à l’Israël, de par ses ressources humaines et sa position géographique. Depuis 2011, pour les raisons citées plus haut, les Etats-Unis d’Amérique, pour marcher dans la logique d’Henry Kissinger « diviser pour régner » déploie de grands efforts avec l’aide de la CIA et de la Mossad pour ternir l’image de cet homme valeureux ; mais grâce au support de la Russie, il tient toujours à la barre. Toutefois, la Syrie est décimée et il prendra des décennies à ce pays pour retrouver sa stabilité et sa gloire d’antan.

Les jeunes Haïtiens doivent comprendre qu’en relations internationales, les pays n’ont pas d’amis, ils luttent pour faire avancer leur agenda spécifique et s’enrichir par tous les moyens. La grande question que nous, Haïtiens, devons poser aujourd’hui est pourquoi Haïti est placée sur la liste de pays où le blanchiment d’argent bat son plein et qui finance également le terrorisme international. Il faut comprendre qu’un frange assez importante de la classe d’affaires haïtienne est d’origine syro-libanaise. Ces hommes d’affaires supportent la guerre en Syrie avec toutes leurs ressources. Ces messieurs n’ont aucune allégeance envers Haïti. Les Syriens-Juifs d’Haïti supportent l’opposition face à Assad en appui à l’Israël. On doit comprendre la méchanceté de ces hommes qui contrôlent l’économie haïtienne. Ils sont trafiquants d’armes, trafiquants de drogue, contrebandiers, blanchisseurs d’argent et terroristes également puisqu’ils financent à coup de millions l’instabilité en Haïti et en Syrie. A ceux qui croient que la guerre en Syrie ne concerne que les pauvres Syriens, ils se leurrent. Les petits pays sont tous menacés. A n’importe quel moment, les grands de ce pays peuvent fomenter des troubles pour déstabiliser un pays afin de faire mains basses sur ses ressources ou le porter à plier à leurs exigences. J’invite les jeunes Haïtiens, surtout ceux qui résident en Amérique du Nord et qui se laissent piéger par les médias d’aller en profondeur pour comprendre ce qui se passe réellement dans le Moyen-Orient et comment les grands de ce monde s’unissent pour broyer les plus faibles. En période de guerre, des atrocités sont commises. Je ne saurais acculer Bashar Al Assad qui ne fait que défendre la souveraineté de son pays face à l’invasion des terroristes et d’une minorité manipulée par des forces obscures. Quand les petits pays comprendront qu’il faut se mettre ensemble pour résister les assauts des grandes puissances, ils prendront la voie de l’autodétermination.
En tant qu’Haïtien, je compatis à la douleur des Syriens qui vivent une guerre provoquée par des satanistes qui ne vivent par et pour l’argent. Si le peuple syrien n’était pas résilient, après six ans de guerre atroce, les Etats-Unis d’Amérique, l’Arabie Saoudite, le Qatar et l’Israël l’aurait anéanti ; mais vu qu’il y a un Dieu pour les malheureux, il résiste tant bien que mal. Nous souhaitons qu’un jour comme dans le cas de l’Iraq et de la Libye, la vérité sautera aux yeux de tous et plus d’un finiront par appréhender la méchanceté de ces pays qui se disent détenteurs de valeurs santiboniques et appelées grandes démocraties. Que Dieu ait pitié de ces malheureux qui souffrent et qu’ils les aident à résister.

Kerlens Tilus 04/09/2017
Snel76_2000 chez yahoo.com

Répondre à cet article